Des adresses que nous vous recommandons particulièrement:





Comme chaque année a été pressée la série spéciale Wang Bing: une collection de 5 galettes de puerh (Pu Er tea) de Yi Wu attendue avec impatience des amateurs. Wang Bing est un petit producteur familial du vieux village de Yi Wu (voir l'article complet concernant ce producteur).

Vieux village de Yi WuFerme de Wang BingFerme de Wang BingEntrée de l'atelier de Wang BingPierre pour le pressage traditionnel chez Wang Bing
  • 1.Vieux village de Yi Wu
  • 2.Ferme de Wang Bing
  • 4.Entrée de l'atelier de Wang Bing
  • 5.Pierre pour le pressage traditionnel chez Wang Bing

A l'image des familles de producteurs antiques qui firent la renommée de Yi Wu, tel que Fuyuan Chang Hao ou Song Ping Hao, Wang Bing produit en petite quantité des thés puerh (Pu Er tea) de qualité, confectionnés à l'ancienne. Ces thés sont issus d'un travail entièrement artisanal et particulièrement soigné, de l'entretien et de la cueillette des arbres, au pressage traditionnel des galettes.

Cueillette des arbres chez Wang BingCueillette des arbres chez Wang BingTravail des feuilles chez Wang BingTravail des feuilles chez Wang BingPressage artisanal des galettes chez Wang BingPressage artisanal des galettes chez Wang Bing
  • 1.Cueillette des arbres chez Wang Bing
  • 3.Travail des feuilles chez Wang Bing
  • 5.Pressage artisanal des galettes chez Wang Bing

La série Wang Bing est le fruit de ce travail. Produite en série limitée avec les meilleures feuilles de la famille et un soin tout particulier, c'est chaque année à travers ces galettes que la réputation de ce producteur se joue.

Voyons donc ce que les derniers millésimes de ces grandes galettes de Yi Wu nous réservent et si ils valent la peine d'intégrer l'étagère 2014 sa cave.

2014, aucun compromis et l'arrivée d'une nouvelle galette de garde !

Suivant le marché et une demande croissante pour des thés de qualité, le prix du puerh (Pu Er tea) est depuis 2013 en nette croissance. Si cela n'a que peu influencé les thés de basse et de moyenne qualité (productions intensives, cultures en terrasse, arbustes, etc) les thés de vieux arbres et les terroirs de renoms ont vu leur prix fortement augmenter, poussant de nombreux producteurs à faire cette année des compromis pour garder des prix attractifs : assemblage de différentes récoltes, cueillettes de fin de saison, feuilles provenant d'arbres plus jeunes que les années précédentes ou de terroirs voisins moins renommés, etc.

Galette Wang Bing 2014Galette Wang Bing 2014Galette Wang Bing 2014Galette Wang Bing 2014
  • 1.Galette Wang Bing 2014

L'ensemble des galettes est donc toujours produit à partir des toutes premières feuilles du printemps sélectionnées par Wang Bing. Les Shen Tai, Lao Shen Tai et Gu Shu Cha proviennent pour leur part toujours des mêmes parcelles familiales, écologiques et exploitées à faible rendement, et chaque feuille composant ces galettes a été cueillie et travaillée à la ferme par la famille.

Une grande nouveauté maintenant pour 2014, la « Cang », « réserve » une nouvelle galette haut de gamme Wang Bing, pressée pour la première fois cette année et et pensée pour la garde. Le haut de gamme de Wang Bing était jusque là sa galette Gu Shu Cha, produite en très petite quantité à partir d'une poignée d'arbres anciens de la famille, issue d'une petite parcelle de foret non loin du vieux village de Yi Wu. Désormais cote à cote avec cette galette se trouve donc un nouveau thé « réserve », non pas issu d'une récolte unique mais d'un assemblage de différents vieux arbres de Yi Wu.

Yi Wu Cang 2014, la galette « réserve » de Wang Bing

Jusque là le haut de gamme Wang Bing rimait avec la galette Gu Shu Cha, provenant des arbres d'une micro-parcelle de théiers située dans la foret non loin du vieux village de Yi Wu, une galette d'exception provenant d'une récolte unique et d'une origine très précise.

Wang Bing Cang 2014Wang Bing Cang 2014Wang Bing Cang 2014Wang Bing Cang 2014
  • 1.Wang Bing Cang 2014

Elle est désormais accompagnée d'une nouvelle galette au nom de « cang », pour réserve, pensée pour une consommation immédiate mais aussi pour un garde sur le long terme. D'une qualité comparable à la Gu Shu Cha, vendue au même prix que celle ci, ce thé ne constitue pas une nouvelle gamme supérieure, ou inférieure par rapport à la Gu Shu Cha, mais reflète une autre vision et un nouvelle approche du haut de gamme.

Car la Cang est avant tout d'une autre nature. A l'image des puerh (Pu Er tea) des siècles passés, et aux antipodes de la galette Wang Bing Gu Shu Cha, ce thé ne provient pas d'une récolte et d'un jardin unique mais est un assemblage fin de différentes récoltes et d'arbres provenant de différents jardins de Yi Wu. Wang Bing ne se contente en effet pas de presser les feuilles des jardins de la famille, mais source aussi depuis des années des feuilles de vieux arbres de différents villages renommés de Yi Wu (Mahei, Lao Shui Dong, etc...).

Wang Bing et sa femme à la recherche de maochaWang Bing et sa femme chez un petit producteur de MaheizhaiObserver la qualité du maochaAchat de feuille chez un paysans de Yi WuMaocha assemblé prêt à être pressé
  • 1.Wang Bing et sa femme à la recherche de maocha
  • 2.Wang Bing et sa femme chez un petit producteur de Maheizhai
  • 3.Observer la qualité du maocha
  • 4.Achat de feuille chez un paysans de Yi Wu
  • 5.Maocha assemblé prêt à être pressé

Sourcés par Wang Bing pour différentes maisons de thés pointues, ces feuilles de vieux théiers ne sont généralement pas assemblées et finissent dans des galettes haut de gamme aux couleurs de tel ou tel village. Avec la hausse des prix des vieux arbres et des terroirs de renoms, et parallèlement la mode pour les thés d’origines uniques, peu de gens aujourd'hui mélangent ces précieuses feuilles et l'assemblage, pourtant issu d'une culture peut être aussi ancienne que le puerh (Pu Er tea) lui même, a tendance à se limiter aujourd'hui aux grosses productions.

La galette Wang Bing Cang en est un contre exemple. Assemblage donc, mais dans le sens le plus noble du terme, cette galette produite en série limitée ne contient que des feuilles de très grande qualité, provenant de vieux arbres de grands jardins de Yi Wu, sélectionnées avec soin pour leur qualité, leur caractère gustatif, mais aussi en fonction de leur récolte et de leur potentiel quant à la maturation. Se trouvent donc mêlées différentes récoltes de 2013, des jardins de plusieurs villages proches, conservés en jarre durant un an puis pressés artisanalement par Wang Bing en 2014.

Cette nouvelle galette assemblée saura-t-elle égaler l'excellence du Gu Shu Cha Wang Bing ? La réponse, pour vous, dans la tasse.

Chargement du thé...

Yi Wu Wang Bing Gu Shu Cha 2014

L'autre haut de gamme des Wang Bing 2014 à coté de la nouvelle galette Cang est bien sur la très attendue Gu Shu Cha. Comme chaque année il s'agit d'une édition limitée à quelques kilogrammes seulement, produite exclusivement à partir des premières feuilles des vieux théiers de la famille. Ceux-ci sont situés au sommet d'une colline, non loin du vieux village de Yi Wu, dans un des rares jardins de Yi Wu à encore se trouver dans la foret.

Jardin ancien Wang BingJardin ancien Wang BingJardin ancien Wang BingJardin ancien Wang BingJardin ancien Wang BingJardin ancien Wang Bing
  • 1.Jardin ancien Wang Bing

Déjà signalé par le vénéré Lu Yu il y'a plus de 1000 ans de cela, la forêt constitue l’habitat idéal du théier. A l'ombre d'arbres plus grands, bercés par la brume matinale et enrichi par l’écosystème naturel de la forêt, c'est là un contexte idéal à l'épanouissement du théier. Or si cela a un impact positif sur la qualité du thé produit, cela va aussi de pair avec une productivité moindre, notamment à cause de l'exposition réduite des théiers.

La majorité des producteurs ont ainsi depuis longtemps opté pour la coupe des grands arbres entourant les théiers, afin de maximiser l'ensoleillement et d'augmenter la productivité, au détriment malheureusement de la qualité du thé. Le Gu Shu Cha Wang Bing vient pour sa part d'une petite parcelle d'arbres anciens intégrés dans la foret, à l'image des jardins antiques, qui produit chaque année en quantité très réduite un thé d'une grande richesse.

Chargement du thé...

comparatif

Gu Shu Wang Bing 2014 vs. Wang Bing Cang 2014

Comparaison intéressante de deux galettes haut de gamme pressées par Wang Bing cette année (2014). Tandis que la première, Gu Shu Cha, provient d'une récolte unique, des toutes premières feuilles de printemps des vieux arbres du jardin Wang Bing, la seconde « Cang », « réserve », est un assemblage de vieux arbres provenant de différents villages et récoltes de Yi Wu, cueillies en 2013 puis vieillies un an en jarre avant d'être pressé en galette.

La différence entre les deux galettes est flagrante. La Gu Shu Cha affiche des feuilles plus fines, élancées, et une plus grande proportions de bourgeons dorés, mais aussi une coloration générale plus verte. A coté feuilles et bourgeons de la Cang apparaissent plus larges et plates, mais possèdent aussi une plus grande variété de tons, différents verts et des soupçons d'ocres. On peut attribuer cela à différentes choses. On notera en premier lieu l'usage de feuilles provenant de jardins distincts pour la Cang, mais aussi et surtout de saisons différentes, là où la Gu Shu Cha est une récolte unique de début de printemps. Dans ce sens la comparaison avec une galette antique de Yi Wu, tel que par exemple produite pas Song Ping Hao révèle sans équivoque des similitudes visuelles avec la Cang 2014 de Wang Bing.

Le parfum des feuilles humides affiche lui aussi des divergences. La dernière Gu Shu Cha, quelques moins après sa production laisse échapper des parfums particulièrement frais, lumineux, fleuris et finement épicés. A coté la Cang semble nettement plus chaude, épaisse, avec plus de chair, et une dimension plus fruitée. Cela est à attribuer aux différences d'origine et de nature des feuilles qui composent c'est galettes d'une part, mais aussi à l'année qui est passée depuis la production des feuilles de la Cang, période de changement particulièrement importante pour un jeune puerh (Pu Er tea) de qualité.

Au palais toutes deux possèdent une attaque remarquable et une propension particulièrement puissante à se diffuser au palais et dans le nez. On retrouve bien un caractère commun aux deux thés, dans lequel se reflète le terroir de Yi Wu et la sélection de Wang Bing.

Cela dit, en s'appuyant sur cette base commune ces deux puerh (Pu Er tea) s'expriment bien distinctement. La Gu Shu Cha propose des sensations particulièrement fraîches, des arômes d'herbes aromatiques printanières, des touches de genièvre, le tout soutenu par une amertume tranchante qui se développe profondément dans la gorge. Elle produit des arrières sensations puissantes qui poursuivent les arômes, les rendent vaporeux et les font perdurer.

A coté de cela la Cang affiche d’emblée un caractère nettement plus chaud et rond, avec des arômes plus travaillés de fruit, de confiture, saupoudrés de soupçons de réglisse et de poivre. Les arrières sensations, puissantes, ne viennent plus appuyer et faire perdurer les arômes en bouche mais font émerger de nouvelles sensations, distinctes et particulièrement douces.

A nouveau ces divergences sont à attribuer aux différences entre les feuilles qui composent ces galettes mais aussi au début de maturation de la Cang, la première année de maturation d'un thé puerh (Pu Er tea) étant le théâtre de changements particulièrement profonds. On en retiendra deux thés très haut de gamme qui, avec une qualité et une virtuosité comparable, offrent deux regards différent sur la richesse des terroirs de Yi Wu.

Yi Wu Wang Bing Lao Shen Tai Cha 2014

Moins prestigieuse et plus accessible que la Gu Shu Cha (dont seul quelques kilogrammes sont disponibles chaque année), la Lao Shen Tai est cependant un thé de grande qualité, qui depuis 2013 n'est produit qu'à partir d'une petite parcelle sélectionnée du jardin écologique de la famille Wang Bing.

Parcelle de Lao Tai Di Wang BingParcelle de Lao Tai Di Wang BingCueillette des Lao Tai Di Wang BingCueillette des Lao Tai Di Wang BingCueillette des Lao Tai Di Wang Bing
  • 1.Parcelle de Lao Tai Di Wang Bing
  • 3.Cueillette des Lao Tai Di Wang Bing

Si tout le jardin jouit de très bonnes conditions, mais surtout d'un entretient des arbres à l'ancienne et d'une récolte à faible rendement, la parcelle d'où provient la Lao Shen Tai se distingue du reste du jardin par l'age des arbres, un peu plus anciens que les autres, mais surtout par leur taille. A l'image de Gu Shu Cha ces arbres sont très peu taillées et atteignent près de 2m de haut, ce qui rend la cueillette plus difficile, mais donne aussi au thé une finesse et des attributs gustatifs de Gu Shu Cha.

Et voici ce que cela donne pour le millésime 2014.

Chargement du thé...

comparatif

Lao Shen Tai Wang Bing 2014 vs. Lao Shen Tai Wang Bing 2013

Ces deux galettes sont des compressions artisanales et modérées. Le millésime 2014 apparaît cependant comme légèrement plus compressé. Tout en gardant une bonne respiration des feuilles cela permet une plus grande résistance de la galette pour un stockage sur le long ou le très long terme.

Une fois infusé la couleur de la liqueur du millésime passé affiche un assombrissement marqué qui dénote une maturation rapide et profonde. Au nez on reconnaît clairement pour les deux thés le caractère qui fait ce puerh, mais aussi la profonde évolution du millésime passé après un an seulement de stockage naturel sec. Ainsi le millésime de l'année est typique d'un puerh (Pu Er tea) primeur, frais et fleuris, avec des touches d'épices et de genièvres. En comparaison le millésime passé est déjà très bien travaillé par la maturation, moins fleuri et plus dans les épices, le fruit, le fruit sec, et une chair typique des thés de quelques années.

Au goût la dernière édition de ce té est très fluide, fleurit, élégant et éclatant. Comme l’annonçait très justement le parfum, le 2013 est est moins fleuri en bouche et plus dans le fruit, avec des soupçons de résine de pin ou de miel. On y voit clairement le bon potentiel de ce thé quand à la maturation et l'effet bénéfique du temps sur une année seulement, encourageant aussi bien pour le millésime passé que pour la nouvelle édition, deux thés clairement de la même trempe.

Yi Wu Wang Bing Shen Tai Cha 2014

Avec le choix en 2013 de ne presser la Lao Shen Tai qu'avec les arbres les plus nobles du jardin écologique Wang Bing, et la hausse de prix générale des thés de Yi Wu, les productions de Wang Bing, en particulier les Gu Shu Cha et Lao Shen Tai, entrent naturellement dans des gammes de prix qui touchent plus l'amateur de thé que le grand public.

C'est pour cela que la Shen Tai Cha emballage blanc a été crée, avec l'objectif d'offrir à un prix très raisonnable un rapport qualité/prix exemplaire. Emballée d'un simple emballage blanc (du même papier artisanal Dai que les autres thés de la série Wang Bing), tamponné du sceau de Wang Bing, ce thé vendu presque moitié prix de la Lao Shen Tai affiche visuellement sa différence et se veux en marge de la collection Wang Bing. Sorte de version « discount » de la Lao Shen Tai donc, il s'agit cependant d'un thé de grande qualité, issu d'un jardin écologique de qualité et d'un travail particulièrement soigné.

Jardin écologique Wang BingJardin écologique Wang BingJardin écologique Wang BingJardin écologique Wang BingJardin écologique Wang BingJardin écologique Wang Bing
  • 1.Jardin écologique Wang Bing

En effet si l'emballage veut afficher la différence, tout de l'origine des feuilles à leur transformation ou leur compression est par contre le fruit du même soin que toutes les productions Wang Bing. Les feuilles tout d'abord, de la premières récolte de l'année, proviennent exclusivement du jardin écologique de la famille Wang Bing.

Il s'agit donc d'arbres de quelques dizaines d'années, cultivés de manière non seulement biologique (absence de toute chimie) mais surtout écologique (respect de l'environnement), dans un cadre où un soin particulier est apporté à l'environnement et à la biodiversité. De même l'entretient des arbres, assuré par les grands parents de la famille, est un entretient continu et à l'ancienne où cueillette et taille vont de paire pour assurer non seulement la qualité de la récolte mais aussi la bonne santé de la plante.

En ressort un rendement moindre, peut être entre 30 % et 50 % plus faible qu'une approche plus contemporaine, et un thé naturellement plus riche. De même ce n'est pas parce que le prix est moindre que le travail des feuilles doit être bâclé, et les feuilles de la Shen Tai Cha Wang Bing sont tout comme celles de la Gu Shu Cha ou de la Lao Shen Tai, travaillées et triées à la main par les grands parents, puis pressées artisanalement et à la maison par Wang Bing.

Chargement du thé...

comparatif

Shen Tai Cha Wang Bing 2014 vs. Shen Tai Cha Wang Bing 2013

Les deux galettes sont visuellement proches. L'éditions 2014, provenant des toutes premières feuilles du printemps affiche cependant un peu plus de bourgeons face à la galette de l'année précédente. On remarque aussi, comme pour l'ensemble des productions Wang Bing 2014, une compression légèrement plus ferme, afin de garantir une bonne tenue sur le long terme.

En approchant son nez des galettes, le thé de l'an passé laisse s’échapper un parfum plus intense, agréablement épicé. Une fois les feuilles infusées elles produisent un parfum qui marque tout d'abord un caractère bien commun à ces deux thés, le caractère de ce jardin écologique Wang Bing tel qu'on le retrouve année après année dans les productions qui en sortent. On note ensuite dans le bouquet du millésime passé le début d'une maturation richesse, naturellement absente de la nouvelle production, qui la rend un peu plus pauvre et moins complexe à coté de son aînée.

Au palais, ce qui forge la différence entre ces deux thés se fait bien sentir. Le 2014 y apparaît comme nettement plus frais et printanier, avec de touches délicates et fleuries. A coté de cela le millésime passé affiche quelque chose de plus dense, complexe et épicé. Agé d'un an seulement le Shen Tai 2013 est déjà largement marqué par des arômes secondaires de maturation, qui font émerger toute une richesse autant dans la gorge où l'on retrouve du miel et des soupçons de caramel mou, que dans le nez où se développe dimension plus épicée.

A coté de cela le nouveau millésime semble tout d'abord un peu timide. Mais surtout il s’exprime d'une autre manière, avec un caractère nettement plus frais, printanier, fleuri et lumineux. Apparaît ainsi le bon potentiel à la maturation de ces productions, qui n'excellent pas forcément l'année de leur productions, mais gagnent beaucoup à être consommé après au moins 1 ou 2 ans de garde.

Ce reflète à travers cela la qualité du jardin et des arbres d'où proviennent ces thés, et le potentiel de maturation d'arbres, pas nécessairement très vieux mais entretenu de manière écologique et exploités avec un faible rendement.

Yi Wu Wang Bing Zi Yo Cha 2014

Autre grand classique de Wang Bing, la galette Zi Yo Cha, composée de feuilles de théiers violets, feuilles recherchées des amateurs, pour leur richesse gustative, leur bon potentiel à la maturation et leur bienfaits sur la santé (voir Zi Juan, Zi Cha, Zi Ya, thés pourpres et thé violets).

Remarqués ces dernières années, les thés de théiers violets sont de plus en plus recherchés. Ces théiers, fruits d'une mutation naturelle du Camellia Sinensis étant assez rares, des jardins exclusivement composés de théiers violets identiques obtenus par bouturage, voient le jour ici et là.

Feuille de théier violet sur un arbre à Yi WuWang Bing à la recherche de feuilles violettes chez un petit paysans de Yi WuWang Bing à la recherche de feuilles violettes chez un petit paysans de Yi WuMaocha violet
  • 1.Feuille de théier violet sur un arbre à Yi Wu
  • 2.Wang Bing à la recherche de feuilles violettes chez un petit paysans de Yi Wu
  • 4.Maocha violet

Las galettes violettes de Wang Bing ne viennent pas de tels jardins, mais sont le fruit d'un assemblage de théiers violets naturels de différents jardins de Yi Wu. Pour obtenir ces feuilles Wang Bing fait au début de chaque printemps le tour jour après jour de nombreuses familles pour à chaque fois ne ramener que quelques centaines de gramme, ou quelques kilogrammes de thés afin de produire cette galette.

La maturité des arbres (qui reste cependant de jeunes arbres), leur variété et leur sélection, donne chaque année à cette galette une qualité et un équilibre remarquable, que ce soit dans son année de production ou après quelques années de maturation. Voyons si la nouvelle édtion est à la hauteur des précédentes.

Chargement du thé...

comparatif

Wang Bing Zi Yo Cha 2014 vs. Wang Bing Zi Yo Cha 2013

Visuellement les galettes sont proches. Comme c'est le cas des autres thés Wang Bing la Zi Yo Cha 2014 apparaît cependant légèrement plus compressée que la précédente. Cela reste tout de même une compression manuelle très raisonnable et les feuilles se délient très aisément.

Une fois infusée l’édition 2013 affiche une liqueur sensiblement plus sombre, résultat d'un an de maturation particulièrement rapide (typique des thés violets). Les parfums produits par les feuilles humides affichent des caractères bien différents. Si on reconnaît aisément la base commune de ces deux thés, le dernier millésime resplendit d’arômes primeurs, avec un bouquet particulièrement épicé et lumineux, tandis ce que le millésime passé semble beaucoup plus lourd, rond, et porté sur le fruit.

Au goût les nuances sont moins marquées. Le dernier millésime étant lui aussi plus porté au palais sur le fruit, la résine de pin ou le miel, il se rapproche du caractère gustatif de son aîné. Tous deux expriment bien un caractère commun, typique de cette galette de théier violet Wang Bing depuis sa première édition : quelque chose de généreux, d'épais et qui développe une grande richesse aromatique.

La Zi Yo Cha 2014 étant déjà particulièrement dense et mature pour un thé de l'année, la différence avec son aînée est donc moins prononcée que pour d'autres puerh (Pu Er tea) brut de Wang Bing, mais se fait tout de même bien sentir en particulier si on pousse un peu les infusions. Le millésime d'un an y apparaît clairement plus travaillé, complexe, et affiche une bonne alchimie entre arômes primaires et arômes de fermentation, tandis que le nouveau millésime semble commencer seulement à se construire.

On remarquera cependant l'excellent équilibre qu'affiche ce thé quelque soit son niveau de maturation. Un thé qui tout en évoluant rapidement et en changeant progressivement de caractère reste parfaitement équilibré et harmonieux, et que l'on apprécie ainsi aussi bien à sa production, après un an comme dans le cas de l'édition 2013, ou après quelques années comme le montre très bien les millésimes plus anciens, de 2008 ou 2009 par exemple.

De toute évidence cette nouvelle édition est sur la ligne parfaite des années précédentes, avec peut être même cette année un peu plus de moelleux et de profondeur à sa sortie. Un thé délectable dans ses premiers mois, avec un caractère étonnamment mature pour un thé tout juste récolté, mais aussi un thé à l'évolution rapide, particulièrement équilibrée et harmonieuse.

Yi Wu Wang Bing Zi Juan 2014

Je finirais ce petit tour des Wang Bing 2014 par un autre thé violet, bien différent, le Zi Juan Wang Bing, provenant du propre jardin de Zi Juan de ce producteur. Un peu en marge donc, tout d'abord car ce thé est proposé en vrac et non pressé, mais surtout car il provient d'un cultivar de thé violet tout à fait atypique, le Zi Juan.

Branche de Zi JuanToute première récolte de Zi Juan Wang Bing en 2009Maocha de Zi Juan Wang Bing Copyright Sébastien VacuithéMaocha de Zi Juan Wang Bing infusé Copyright Sébastien Vacuithé
  • 1.Branche de Zi Juan
  • 2.Toute première récolte de Zi Juan Wang Bing en 2009
  • 3.Maocha de Zi Juan Wang Bing Copyright Sébastien Vacuithé
  • 4.Maocha de Zi Juan Wang Bing infusé Copyright Sébastien Vacuithé

Les feuilles violettes étant le fruit d'une mutation assez rare du théier, tel qu'on peut le voir à travers la galette Zi Yo Cha de Wang Bing, différentes recherches ont été faites dans le Yunnan depuis les années 50 pour isoler un véritable cultivar violet. Ce fut fait en 1985 dans le région de Menghai où l'on trouva un arbre étonnant dont les bourgeons, les feuilles mais aussi les branches affichaient une coloration violette, le Zi Juan (grâce violette) était né. Cet arbre unique fut alors cloné et reproduit avant que les premières graines ne fussent commercialisées au début des années 2000.

Wang Bing fait partie des producteurs qui ont pris le paris d'expérimenter ce nouveau cultivar du Yunnan, et planta un petit jardin de Zi Juan en 2006. Et voici donc pour vous la dernière récolte de ce jeune jardin violet.

Chargement du thé...

Conclusion, que retenir des Wang Bing 2014 ?

2014 est une bonne année pour Wang Bing, avec dans l'ensemble des thés à la hauteur ou supérieurs aux années précédentes. LA galette 2014 est bien entendu la nouvelle Cang, pressée pour la première fois cette année et pensée pour la maturation. Ce thé constitue à la fois un nouveau haut de gamme dans la collection Wang Bing mais introduit aussi pour la première fois un assemblage de vieux arbres dans le catalogue de ce producteur. Dans la tasse cette nouvelle galette est à la hauteur des espérances que l'on pouvait avoir ! Présentée comme une galette « réserve » pensée pour la maturation à long terme, c'est indéniablement un thé qui possède un beau potentiel à la maturation et inspire au stockage. Mais, et c'est peut être la grande surprise de l'année, c'est aussi un thé d'exception pour une consommation en primeur, dans les mois suivant sa production ! Un thé qui pour cela présente une richesse, une complexité et un équilibre remarquable, qui en font d'emblée un des grands thés de 2014 !

Moins de surprise mais pas moins de qualité pour les « classiques » de Wang Bing. En premier lieu une Gu Shu Cha de haute volée. Autre pendant du haut de gamme Wang Bing, le millésime 2014 de ce puerh (Pu Er tea) fin est dans la lignée parfaite des années précédentes, et tel la Cang excelle aussi bien dans la catégorie des thés de l'année, que dans celle des thés de garde. Certains regretteront le prix sensiblement plus élevé cette année que l'an passé, d'autres au contraire noteront qu'avec la hausse des prix des vieux arbres il sera peut être bientôt impossible de se payer des thés issus d'arbres et de terroirs de cette qualité et que c'est le moment où jamais de les acquérir.

Très bonne Lao Shen Tai aussi cette année. D'une qualité remarquable elle excelle peut être par contre un peu moins comme puerh (Pu Er tea) primeur, où elle se fera surpasser par d'autres jeunes puerh (Pu Er tea) plus expressifs, mais qui constitue un thé de grande qualité à consommer après une garde d'un an, ou bien sur à faire vieillir sur le moyen ou long terme.

La dernière Shen Tai Cha, version économique de la Lao Shen Tai est elle aussi à la hauteur des millésimes précédents. Comme ceux ci elle se caractérise par un bon rapport qualité/prix et tout en étant très accessible permet de goûter à l'excellent jardin écologique Wang Bing. Hormis une attaque un peu timide, et un début de dégustation qui n'a pas l'éclat de la Lao Shen Tai ou de la Gu Shu Cha, on est face à quelque chose de très bon et équilibré, en particulier dans cette tranche de prix, mais aussi à un bon potentiel à la maturation, moins courant pour des thés d'entrée de gamme.

Très bonne nouvelle pour finir avec la Zi Yo Cha, qui s'annonce cette année particulièrement riche. Tout en gardant le caractère typique de ce thé violet, le millésime 2014 est éclatant, que ce soit au nez ou au palais, et comme les Cang et Gu Shu Cha excelle aussi bien dans le rôle du puerh (Pu Er tea) primeur que du thé de garde.

On en retiendra donc une très bonne série 2014, avec pour la consommation immédiate une coup de cœur particulier pour les Cang, Gu Shu Cha et Zi Yo Cha. L'amateur en recherche de thés à laisser vieillir dans sa cave aura pour sa part l’embarras du choix. Si ses moyens le lui permettent quelques galettes de Cang ou Gu Shu Cha constitue naturellement un choix privilégié pour marquer l'année 2014. Plus abordables les Lao Shen Tai ou Zi Yo Cha constituent aussi de très bon choix à laisser maturer. Enfin la Shen Tai Cha emballage blanc, malgré son prix moindre n'est pas dépourvue de potentiel quant à la maturation, et constitue un bon choix pour le petit budget ou le débutant désireux de se construire une cave ou d'expérimenter la garde du puerh.


Intéressé(e) par les thé de ce producteur? Contactez nous!



Images et textes Copyright Olivier Schneider - www.puerh.fr

Une question?
Plus d'information?

Laissez nous votre email, nous vous recontacterons:


Votre nom:
Etes vous:
Votre email:
Votre message: