Le puerh du mois

Avril 2017: Brique Bao Yan (Xiaguan) 2005

Le puerh du mois, une autre manière de découvrir la diversité des thés puerh!



En collaboration avec La cave à puerh et Terre des Thés, nous sommes heureux de vous proposer le puerh du mois, un focus bref et mensuel sur un puerh qui nous a particulièrement marqué.

Jeune puerh brut, puerh fermenté, vieux arbres, arbres sauvages, stockage Hong-Kongais, vieux puerh, etc, grâce à l'abonnement proposé sur le site de Terre des Thés, vous pourrez chaque mois et pour seulement 24€ (ports compris), recevoir chez vous le puerh du mois, en quantité variable selon la valeur et la rareté des thés (une petite galette, 50g à 200g de vracs, ou parfois un ou plusieurs échantillon de 10g), et découvrir ainsi progressivement les multiples facette de l'univers du thé puerh!

Inscrivez-vous vite sur le site de Terre des Thés pour recevoir le prochain puerh du Mois (Mai)!

Avril 2017: Brique Bao Yan (Xiaguan) 2005(diaporama)



Nous introduisions avec le tuocha Jinuo Shan de mars une approche du puerh un peu plus « classique » de ce qui se fait généralement aujourd'hui : un thé moins vert et moins porté sur le bouquet, mais avec une certaine charpente et un caractère un peu brouillon qui demande du temps pour s'affiner.

Ce mois-ci, nous vous proposons un véritable puerh de garde, façonné à la manière des thés du passé et vieilli une dizaine d'années de manière naturelle. Si vous ne connaissez que les productions contemporaines de puerh, ces feuilles vous surprendront par leur force, leur puissance tannique et leur aspect particulier. C’est également un thé qui malgré son jeune âge devrait vous rappeler la nature de puerh bien plus vieux...

Il est issu d'une brique produite en 2005 par Xiaguan Tea Factory, une des fabriques majeures de l'histoire du puerh, sous la marque Bao Yan. Fondée en 1939 dans la ville de Xiaguan (Dali) sous le nom de Kangzhang Tea Factory, l'usine sera nationalisée dans les années 50 pour devenir Xiaguan Tea Factory. Sortiront ensuite de ses murs nombre de grandes productions de l'ère des usines d'état (1950-1995). Parmi les plus connues, qui deviendront la marque de fabrique de Xiaguan, nous retrouvons les célèbres Tuo Cha (puerh compressés en forme de nid) et les Tie Bing, galettes cylindriques façonnées dans des moules métalliques.

Mais derrière ces formes, c'est avant tout un goût qui a fait la renommée de Xiaguan, à une époque où chaque fabrique avait son propre goût, et les thés de ce producteur étaient reconnus pour leur caractère unique et leur excellent potentiel de garde sur le long terme. Ces thés anciens sont aujourd'hui très recherchés des amateurs. Ce sont généralement des puerh fortements tanniques, puissants, voir secs et agressifs, que même quelques décennies de maturation ne suffisent souvent pas à arrondir.

Parmi eux, certaines séries sont moins austères et peuvent être appréciées plus jeunes, tout en conservant cette touche Xiaguan typique mais aussi et surtout l'excellente prespective de maturation. C'est notamment le cas des productions vendues sous le label Bao Yan. Cette marque spéciale de Xiaguan a été conçue dès le début de l'entreprise pour l'export vers le Tibet, où le puerh et d'autres thés sombres sont appréciés de longue date et arrivaient via les célèbres routes du thé.

Le logo de Bao Yan, dessiné en 1941, reprend ainsi deux couleurs essentielles du drapeau tibétain : quatre lingots d'or dans un brûloir d’encens jaune, en offrande à Buddha, et une flamme rouge symbolisant la toute puissante lumière de Buddha. Les thés estampillés Bao Yan sont en général des Jin Cha : ce sont des puerh compressés à la main dans des sacs de toile et qui prennent l’apparence de champignon (voir photo). Cette forme a été spécifiquement développée pour le transport vers le Tibet, mais il en existe aussi sous forme de brique comme celle que nous vous proposons ce mois ci.

Quelque soit leur aspect, ces puerh présentent des similitudes : un goût unique, typique, dans lequel on retrouve la patte de Xiaguan, mais qui se différencie aussi clairement des autres productions de la fabrique. Les thés Bao Yan sont notamment moins secs et bien moins rudes que les Tie Bing de Xiaguan par exemple. Bien qu'ils aient aussi une structure tannique forte, ils développent des arômes plus souples, riches et diversifiés, qui les rendent très agréables après seulement une dizaine d'année de maturation. Délectables donc dès leur jeunesse, ces puerh sont aussi particulièrement bien parés pour une garde longue et n'atteindront leur apogée qu'après plusieurs décennies !

Notez qu’aujourd'hui la tendance est à l'uniformisation et presque tout le Yunnan (Xiaguan compris) a adopté les mêmes standards et recherche un caractère commun. Les productions Xiaguan plus récentes ont se sont donc largement éloignés des productions du passé.

Dégustation

Ce thé supportera de très grandes variations dans les paramètres d'infusion et se révélera de manières différentes en fonction de ces derniers.

Vous pouvez aussi bien le préparer en gaiwan qu’en petite théière. Le gaiwan vous donnera plus de contrôle dans la durée afin de réaliser des infusions « flash » et obtenir ainsi une liqueur légère. La théière au contraire vous permettra une extraction plus puissante des composants des feuilles et, en l'infusant comme un vieux thé, vous donnera une idée de la voie sur laquelle il s'inscrit.

Ce puerh étant puissant et fortement compressé, nous vous conseillons d’en infuser qu'un petit morceau durant à peine quelques secondes. Il faudra plusieurs infusions rapides pour que les feuilles puissent se révéler et s'exprimer pleinement. Comme tout puerh brut, vous pouvez jouer sur l'intensité en allongeant ou au contraire en écourtant les durées.

Infusé légèrement, vous devriez apprécier la très belle fraîcheur camphrée, qui rappelle immédiatement des puerh des années 90 ou antérieurs. On y retrouve aussi les touches aromatiques typiques des thés (puerh et autres) produits pour le Tibet. Vous remarquerez aussi la puissance aromatique que dégagent seulement quelques grammes et le grand nombre d'infusions qu'ils permettent !

Si vous êtes à l'aise avec des infusions légères de ce thé et que vous voulez en saisir toute la richesse, vous pouvez utiliser une plus grande quantité de feuilles et des durées plus longues (à nouveau il faudra plusieurs infusions avant que le thé ne s'ouvre et s'exprime pleinement). Ainsi préparé, vous pourrez apprécier la structure tannique qui soutient le thé, développant de très belles sensations dans la bouche et la gorge et permettant sa maturation...

La qualité de ces feuilles tenant en grande partie dans la richesse de leurs tannins, il est conseillé de les préparer avec de l'eau totalement bouillante. Comme tout puerh brut, vous pouvez cependant arrondir l’infusion en utilisant une eau un peu moins chaude.

Maturation

C’est un thé de garde qui n'en est qu'au début de son évolution. Après 10 ans de maturation naturelle, il a déjà atteint un stade très intéressant et peut tout à fait être apprécié ainsi, en particulier pour sa force et la qualité de ses arômes camphrés !

Pour les plus patients, vous pouvez le conserver à l'air libre (emballé par exemple d'un papier) ou dans un récipient comme une jarre que vous ne fermerez pas totalement ou que vous ouvrirez occasionnellement. Vous pourrez ainsi le laisser se reposer plusieurs dizaines d'années en le goûtant pour juger de son évolution. Contrairement à beaucoup de jeunes puerh, vous remarquerez que le caractère de ce thé ne « fondra » pas dès les premières années, mais s'affirmera avec le temps et développera progressivement des touches typiques de vieux thé...

Bonnes dégustations et rendez-vous le mois prochain!