Puerh des mois précédents:

2018:

2017:

2016:

Le puerh du mois

Septembre 2018: Fu Lu Yuan Cha 2007

Le puerh du mois, une autre manière de découvrir la diversité des thés puerh!



En collaboration avec La cave à puerh et Terre des Thés, nous sommes heureux de vous proposer le puerh du mois, un focus bref et mensuel sur un puerh qui nous a particulièrement marqué.

Jeune puerh brut, puerh fermenté, vieux arbres, arbres sauvages, stockage Hong-Kongais, vieux puerh, etc, grâce à l'abonnement proposé sur le site de Terre des Thés, vous pourrez chaque mois et pour seulement 24€ (ports compris), recevoir chez vous le puerh du mois, en quantité variable selon la valeur et la rareté des thés (une petite galette, 50g à 200g de vracs, ou parfois un ou plusieurs échantillon de 10g), et découvrir ainsi progressivement les multiples facette de l'univers du thé puerh!

Inscrivez-vous vite sur le site de Terre des Thés pour recevoir le prochain puerh du Mois!

Septembre 2018: Fu Lu Yuan Cha 2007(diaporama)



Le mois dernier, nous introduisions la notion de thé de garde, et nous vous faisions découvrir avec un puerh de 2018 le profil gustatif d’un tel thé. Nettement plus charpentés et tanniques que ceux d’aujourd’hui, les puerh produits avant les années 2000 affichaient ainsi dès leur production des arômes sobres et végétaux, pour développer avec le temps des notes boisées typiques de vieux puerh.

Ce mois, ci nous vous proposons d’apprécier ce que peut donner l’évolution d’un tel thé après 10 ans de maturation naturelle. Nous avons choisi pour cela une référence reconnue et particulièrement intéressante, la Fu Lu Yan Cha 2007, un puerh conçu et supervisé par Professeur Teng Shih Hai.

Teng Shih Hai est reconnu comme un des plus grands experts des puerh anciens, et en particulier des thés produits avant l’ère communiste (entre les années 1900 et les années 1950). C’est notamment lui qui, après avoir passé des années à étudier ces galettes antiques, écrira dans les années 1990 à Taïwan le premier ouvrage sur les vieux puerh, posant ainsi la première pierre de la redécouverte et l’appréciation de ces thés. Alors que les vieux puerh (qui étaient principalement stockés dans les caves des maisons de thé de Hong-Kong) étaient tombés dans l’oubli, on commencera grâce à cet ouvrage à les redécouvrir, à les rechercher et à les collectionner. De ce soudain engouement pour les vieux puerh à Taïwan et à Hong-Kong, découlera un regain d’intérêt pour les nouveaux thés produits dans le Yunnan, qui marquera à partir des années 1990 le début du grand phénomène puerh en Chine.

Teng Shih Hai (qui a passé sa vie à collectionner et étudier cette famille de thé) a bien perçu les différentes mutations que ces thés ont subies à travers l’histoire, et notamment la manière dont ces thés ont changé depuis les années 1990. Non satisfait de la manière dont les puerh de cette « nouvelle ère » évoluaient avec le temps, il a bien conscience qu’ils ne prendraient pas la voie des thés du passé et ne produiront pas ce que nous avait laissé le siècle dernier. Il décide alors en 2006 de superviser une production spéciale, supervisée par ses étudiants, afin de laisser une trace dans l’histoire, mais aussi de créer à nouveau un puerh qui dans 50 ou 100 ans sera à la hauteur des grands thés antiques du siècle passé.

Il prendra pour cela comme référence une galette particulière, la Fu Lu Gong Cha, un thé mystérieux dont il a passé des années à chercher à retrouver l’histoire et qu’il pense avoir été produit durant les années 1940 dans la région de Fengqing. En hommage à cette galette, Teng Shih Hai nommera son thé Fu Lu Yuan Cha. Révélé et vendu qu’après une dizaine d’années de maturation naturelle, ce thé est intéressant et se démarque des productions contemporaines.

Dégustation

Vous pouvez aussi bien le préparer en gaiwan qu’en petite théière, avec une eau bouillante. Le gaiwan permettra des infusions plus courtes et vous donnera plus de contrôle sur celles-ci. La théière au contraire vous permettra une extraction plus puissante des composants des feuilles et, en l'infusant comme un vieux thé, vous donnera une idée de la voie sur laquelle il s'inscrit.

Ce puerh, au profil classique, peut s’infuser plus ou moins longuement selon les goûts de chacun. Des infusions «flash» de quelques secondes donneront des thés plus légers, peu agressifs, mais dans lesquels vous retrouverez tout de même bien le caractère classique et vieilli de ce puerh. Des infusions plus longues, surtout associées à une quantité plus élevée de feuilles, produiront au contraire un thé plus corsé, puissant et tannique, fidèle à ce qu’on attend d’un puerh de garde.

On y retrouve tout ce qu’on attend d’un bon thé de garde après une dizaine d’années de maturation naturelle. Outre sa charpente et un très beau grain (qui s’est affiné sans avoir fondu pour autant), on appréciera la richesse de ses arômes boisés, et une fraîcheur camphrée, typique et très appréciable, qui commence doucement à se réchauffer et à glisser dans des notes d’encens.

Maturation

Il s’agit d’un excellent puerh de garde, déjà magnifiquement travaillé par une dizaine d'années de maturation naturelle : un thé puissant dont les tannins se sont affinés et qui possède encore un bon potentiel de garde pour le moyen et long terme. Vous pouvez ainsi très bien l’apprécier aujourd’hui, pour son caractère « 10 ans d’âge », sa force, son boisé et ses fraîcheurs camphrées, mais aussi le laisser vieillir sur plusieurs décennies. Comme tous les puerh, il est préférable, pour favoriser la maturation du thé, de le conserver dans un récipient légèrement aéré (poche en papier ou en carton, boite entre-ouverte ou régulièrement aérée, etc).

Ce thé fait désormais parti de La Cave à Puerh et est disponible à la vente ici:
https://www.terre-des-thes.fr/boutique/fu-lu-yuan-cha-2007/