Le puerh du mois

Juin 2016: Vieux arbres de Phongsaly 2016

Le puerh du mois, une autre manière de découvrir la diversité des thés puerh!



En collaboration avec La cave à puerh et Terre des Thés, nous sommes heureux de vous proposer le puerh du mois, un focus bref et mensuel sur un puerh qui nous a particulièrement marqué.

Jeune puerh brut, puerh fermenté, vieux arbres, arbres sauvages, stockage Hong-Kongais, vieux puerh, etc, grâce à l'abonnement proposé sur le site de Terre des Thés, vous pourrez chaque mois et pour seulement 24€ (ports compris), recevoir chez vous le puerh du mois, en quantité variable selon la valeur et la rareté des thés (une petite galette, 50g à 200g de vracs, ou parfois un ou plusieurs échantillon de 10g), et découvrir ainsi progressivement les multiples facette de l'univers du thé puerh!

Inscrivez-vous vite sur le site de Terre des Thés pour recevoir le prochain puerh du Mois (juin)!

Juin 2016: Vieux arbres de Phongsaly 2016 (diaporama)

Les thés puerh étant une famille de thé particulièrement vaste et complexe, on entend à leurs sujets beaucoup d'idées reçues et de présupposés. Pour certains, le puerh serait avant tout un thé fermenté par le temps ou l'action de l'homme et, plus il serait âgé, meilleurs en seraient les arômes. Pour d'autres, il s'agirait exclusivement d'un thé produit dans le Yunnan. Le thé du mois vous donnera probablement un autre regard sur ces questions.

Tout d'abord, concernant la fermentation du thé puerh, ce n'est pas parce que ce thé a la capacité d'évoluer avec le temps qu'il doit nécessairement être fermenté ou qu'il y gagne toujours au change. Ce que le thé gagnera en rondeur, en moelleux ou en boisé, il le perdra en fraîcheur ou en éclat.

Tandis que la maturation et la fermentation du thé puerh se sont fortement développées à Hong-Kong, à travers différentes formes de puerh sombres tels les exemples des mois précédents (Stockage Hong Kongais de 1996, Shu Cha de Yong De 2006), le thé puerh est aussi, comme tous les thés, consommé dès sa production par ceux qui en cueillent et transforment les feuilles !

La forme non fermentée du thé puerh est sans aucun doute la plus ancienne forme sous laquelle ce thé a été bu. Plus encore, le marché demandant aujourd'hui des thés consommables rapidement et non des thés de garde à apprécier au bout de 30 ans, les méthodes de transformation des feuilles ont radicalement changé depuis les années 90. La grande majorité des thés puerh d’aujourd’hui, notamment les plus haut de gamme ou les thés venant de vieux arbres, sont avant tout pensés et produits pour une consommation immédiate.

Ces puerh primeurs fraîchement produits possèdent, lorsqu'il sont de grande qualité, une fraîcheur, une richesse et une complexité tout à fait remarquable à la hauteur de grands thés verts ou des wulong les plus fins.

Concernant le terroir, la Chine a eu une influence indéniable dans l'histoire et la diffusion de cette famille de thé, mais la terre du puerh est loin de se cantonner aux frontières du Yunnan, région devenue Chinoise il y a bien peu de temps. On produit ainsi depuis plusieurs siècles des thés similaires, que ce soit au niveau des arbres, de la transformation des feuilles ou du caractère gustatif, dans une vaste zone montagneuse, à cheval entre la Birmanie, la Chine, la Thaïlande, le Vietnam ou encore le Laos. Certains de ces terroirs, dont on commence seulement à percevoir la valeur, produisent des thés d'une qualité exceptionnelle.

C'est le cas de la région de Phongsaly, au Laos, d'où provient le thé de ce mois ci. Situé en bordure du Yunnan, immédiatement à l'est de la célèbre région de Yi Wu, Phongsaly est une région montagneuse disposant de terroirs d'exceptions et une culture ancienne du thé. Parmi les villages les plus réputés de Phongsaly, intéressons nous à celui de Ban Komaen, à 1300m d'altitude, qui possède de magnifiques jardins anciens, plantés pour la majorité il y a 400ans.

Cueillies au tout début du printemps sur de magnifiques théiers anciens, les feuilles ont ensuite été acheminées au bourg de Phongsaly. Là, elles ont été transformées avec grand soin par A Se, une petite productrice venue du Yunnan, qui s'est installée au Laos avec son mari il y a quelque temps où elle produit des puerh aussi fins que les grands puerh du Yunnan.

Dégustation

Ce thé se dégustera avantageusement à l'aide d'un gaiwan, plus adapté autant à la taille des feuilles qu'à l'éclat des arômes qu'elles promettent. Les feuilles n'ayant pas été compressées, elle prennent un volume sensiblement plus grand que des feuilles extraites d'une galette, et il convient donc de remplir totalement le gaiwan de feuilles, les extrémités de celles ci dépassant même de quelques centimètres au dessus de l'ouverture du gaiwan (mais réduiront au contact de l'eau pour permettre la fermeture du gaiwan!).

Utilisez de préférence de l'eau totalement bouillante, et des infusions courtes. Vous pouvez commencer la première infusion à seulement 2 ou 3 secondes, puis adaptez chaque infusion au ressenti de la précédente. Si celle ci vous a paru un peu légère, allongez de quelques secondes l'infusion suivante, si elle vous a paru trop forte, écourtez légèrement le temps d'infusion.

Ce thé vous permettra ainsi un très grand nombre d'infusions successives. Avec un peu d'attention, vous noterez non seulement la richesse de chacune de ces infusions, mais aussi le subtil changement de caractère de ce thé au fur et à mesure de celles ci, caractère particulièrement apprécié d'un jeune puerh de qualité.

Maturation

Il s'agit d'un puerh brut très fin, qui peut parfaitement être dégusté jeune avant que les arômes initiaux du thé ne laissent place à ceux produits par la maturation.

L'âge et la nature des arbres, ainsi que la structure tannique du thé, modérée mais présente, annoncent par ailleurs une très belle maturation, profonde, riche et rapide sur le court et moyen terme (5 à 20 ans) et une possible maturation sur le plus long terme.

Cependant, cela reste un puerh contemporain de vieux arbres, pensé pour une consommation plus ou moins rapide, on y retrouvera ni le caractère, ni la structure tannique, ni la maturation des puerh de garde du passé.

Vous pouvez le garder dans la poche qui vous est fournie afin de conserver les arômes frais ou au contraire le laisser vieillir dans une jarre en terre cuite ou dans du papier, à l'abri des fortes odeurs, de la lumière et de l'humidité.

Bonnes dégustations et rendez-vous le mois prochain!