Prochains événements:



Adresses recommandées:





L'amateur achète souvent son puerh (Pu Er tea) non pas en galette mais sous forme de tong (筒), dont le nom renvois en Chinois à un objet de forme cylindrique. Il s'agit pour ce qui est du thé puerh (Pu Er tea) d'une pile de 7 galettes emballées dans plusieurs feuilles de bambou ficelées entre elles.

Tong de puerhTong de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> détail (Wang Bing)Tong de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> ouvert (Da Yi Violette 7542 2003)Tong de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> (Chen Sheng Hao 2012)
  • 1.Tong de puerh
  • 2.Tong de puerh (Pu Er tea) détail (Wang Bing)
  • 3.Tong de puerh (Pu Er tea) ouvert (Da Yi Violette 7542 2003)
  • 4.Tong de puerh (Pu Er tea) (Chen Sheng Hao 2012)

Equivalent de la caisse de vin, il s'agit du conditionnement d'usage non seulement pour la vente en gros, les professionnels (salons de thé, revendeurs...) mais aussi pour les collectionneurs et plus généralement les amateurs désirant stocker les thés qu'ils apprécient afin d'en profiter pour les années a venir et d'apprécier leur maturation progressive.

Des Chi Tse Beeng Cha à l'origine des tongs de puerh

L'origine des premiers tongs de thé puerh

L'habitude de conditionner les galettes de puerh (Pu Er tea) en pile de 7 galettes est ancienne. Elle remontrerait à la dynastie Qing (清朝 1644 - 1912), durant laquelle le gouvernement décida que les productions de puerh (Pu Er tea) devraient être conditionnées ainsi non seulement pour faciliter leur transport mais aussi afin d'établir une unité plus facile à manipuler et à compter notamment afin d'appliquer les taxes prélevées par l'empire.

On retrouve une description précise et détaillée du conditionnement du puerh (Pu Er tea) dans un écrit de 1735, durant la 13ième année du règne de Yong-Zheng (雍正帝): Les galettes de puerh, étaient alors appelées Yuan Cha (thé rond). Pesant chacune 7 Liang (357 grammes) les galettes étaient regroupées par 7 dans un tong de bambou, dont le poids total était de 49 Liang. Certains avancent des raisons symboliques quand aux choix de ces nombres, même si il est plus probable que leur origine ne soit que pratique et liée au système de taxation de l'époque.

Durant l'ère communiste, le Yuan Cha devient Chi Tse Beeng Cha

Dans les années 70, alors que le puerh (Pu Er tea) était une production d'état et afin de promouvoir ce thé, le nom de Yuan Cha (thé rond) fut changé pour Bing Cha (galettes de thé). Les galettes de puerh (Pu Er tea) furent alors alors appelées 云南七子饼茶, Yunnan Qi Zi Bing Cha, nom encore couramment employé aujourd'hui et que l'on retrouve sur de nombreuses galettes, souvent transcrit non pas en pinying correct mais sous la forme de « Yunnan Chi Tse Beeng Cha ». Trouver une traduction pertinente de "Yunnan Qi Zi Bing Cha", n'est pas si aisée et se contenter de "7 galettes de thé du Yunnan" perd toute la richesse de l'expression. Si Yunnan ne pose pas trop de problèmes et Bing-cha signifie simplement galette de thé, Qi-zi est plus ambigu. Qi signifie le nombre 7 tandis ce que Zi peut aussi signifier « enfant » et renvoie à la symbolique de la progéniture abondante. Une "Yunnan Qi Zi Bing Cha" serait ainsi en quelque sorte la galette enfant parmi les 7 autres constituant le tong.

Chi Tse Beeng Cha ancienne de l'ère des Chi Tse BeengYunnan Chi Tse Beeng Cha inscrit sur une galette de 2003Pile de 7 galettes dans son tongTong de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> fermé
  • 1.Chi Tse Beeng Cha ancienne de l'ère des Chi Tse Beeng
  • 2.Yunnan Chi Tse Beeng Cha inscrit sur une galette de 2003
  • 3.Pile de 7 galettes dans son tong
  • 4.Tong de puerh (Pu Er tea) fermé

Aujourd'hui, et bien qu'un nombre important de galettes pèsent toujours les traditionnels 7 Liang (357g), on voit apparaître de plus en plus de nouveaux formats. La galette de 400g est de plus en plus courante, mais aussi des mini-galettes de 250g et 100g, moins cher (par galette), plus facile à vendre et pratique à ranger ou manipuler. Parfois on remarque pour ces formats contemporains une adaptation du nombre de galettes par tong, notamment pour les galettes de 250g qui sont parfois empaquetées par 5 ou 8 ou les galettes de 100g que l'on retrouve parfois en tong de 10 pièces.

Tong de mini galettes de 88 grammes (Kucong Shan Zhai)Tong de 5 galettes de 200g (Wang Bing)Tong de galettes de 400gTong de petite galettes
  • 1.Tong de mini galettes de 88 grammes (Kucong Shan Zhai)
  • 2.Tong de 5 galettes de 200g (Wang Bing)
  • 3.Tong de galettes de 400g
  • 4.Tong de petite galettes

Les tong de thé sont ensuite traditionnellement empaquetés par 12 dans un panier plat en bambou tressé appelé Jian (件). Durant la grande ère de la route du thé pendant laquelle le puerh (Pu Er tea) était porté à dos d'homme ou de cheval, notamment jusqu'au Tibet, à Beijing ou encore en Thailande, les chevaux étaient chargés de 2 jian, soit un total de 60kg environ (168 galettes) et il semble que cela était la raison d'être du Jian. Bien qu’aujourd'hui les thés ne soient que rarement portés à dos de cheval, de nombreux thés sont toujours conditionnés et transportés en jian de bambou, tandis que l'industrie pour sa part préfère de plus en plus la caisse de carton. De même on voit souvent aujourd'hui des jian de 6 ou 8 tong, plus faciles à manipuler que des jian de 12 tong.

Chevaux utilisés pour transporter bois, riz, thé et autres marchandise sur les routes du YunnanPaniers anciens uttilisés pour transporter les jiàn de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> durant sur la route des chevauxPaniers anciens uttilisés pour transporter les jiàn de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> durant sur la route des chevauxPuerh stockés en Jian (Menghai)Jian de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> devant une boutique de thé à Kunming
  • 1.Chevaux utilisés pour transporter bois, riz, thé et autres marchandise sur les routes du Yunnan
  • 2.Paniers anciens uttilisés pour transporter les jiàn de puerh (Pu Er tea) durant sur la route des chevaux
  • 4.Puerh stockés en Jian (Menghai)
  • 5.Jian de puerh (Pu Er tea) devant une boutique de thé à Kunming

L'emballage traditionnel et artisanal des tong de bambou diffère entre les régions ou d'un producteur à l'autre. Diverses techniques, souvent traditionnelles existent dans la confection du tong. En général constitué à partir du bambou, le nombre de feuilles par contre, leur découpe, la nature du cordage utilisé pour ficeler le tong ou les nœuds employés diffèrent et confèrent à ce dernier un caractère unique. L'analyse de ces détails contribue d'ailleurs à s'assurer de l'authenticité de certains thés, en particulier pour les thés anciens.

Tong ficelé à l'aide d'un ruban végétal (Kucong Shan Zhai)Ficelage métallique (Menghai Tea Factory)Tong pyrogravés (Chen Sheng Hao)Tong tamponné (Lio Da Cha Shan)
  • 1.Tong ficelé à l'aide d'un ruban végétal (Kucong Shan Zhai)
  • 2.Ficelage métallique (Menghai Tea Factory)
  • 3.Tong pyrogravés (Chen Sheng Hao)
  • 4.Tong tamponné (Lio Da Cha Shan)

Dans ce sens un logo où une inscription est aussi parfois imprimé ou pyrogravée sur le tong, soit par le producteur, soit par le collectionneur ou la maison de thé. Un certain nombre d'informations, et notamment la recette du thé durant l'ère communiste, n'étaient en effet indiqué que sur le Da Piao, un grand ticket qui accompagnait le jian, et ont souvent étés tamponnés ou inscrite à la main sur le dessus des tong par les maison de thé ou les collectionneurs a l'ouverture du jian pour éviter de confondre les différents thés.

Recette tamponnée sur le sommet d'un tongOutils uttilisés pour pyrograver les tongs de thé (Baopuxuan)Inscription manuelle d'un collectionneur sur le sommet d'un tongDapiao accompagnant les Jian de thé et fournissant des informations sur le thé qu'il contient.
  • 1.Recette tamponnée sur le sommet d'un tong
  • 2.Outils uttilisés pour pyrograver les tongs de thé (Baopuxuan)
  • 3.Inscription manuelle d'un collectionneur sur le sommet d'un tong
  • 4.Dapiao accompagnant les Jian de thé et fournissant des informations sur le thé qu'il contient.

Un ticket est aussi parfois ajouté aux galettes à l'intérieur du tong. A l'image du Nei Fei (内飞) inclus dans la galette, et du Nei Piao (内票) qui accompagne la galette, le tong piao (筒票) glissé dans le tong donne ainsi des indications sur le thé qu'il contient.

Avant 1949 les galettes n'étaient d'ailleurs pas emballées individuellement dans du papier comme aujourd'hui et le tong de bambou constituait l'unique emballage des galettes, tandis ce que le Tong Piao était le seul élément informatif ou publicitaire accompagnant le thé. Courant avant 2000 la présence du tong piao se fait de plus en plus rare aujourd'hui, au profit du dapiao (大票) qui accompagne le jian et donne en général des informations beaucoup plus précises (comme la date de production, etc...) que les autres "tickets" joints au thé.

Tong Piao Tong Qing Hao des années 40Da Piao contemporain (Mengku Rong Shi 2006)Jian carton de 6 galettesTong de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> sur l'étagère d'un amateur de puerh
  • 1.Tong Piao Tong Qing Hao des années 40
  • 2.Da Piao contemporain (Mengku Rong Shi 2006)
  • 3.Jian carton de 6 galettes
  • 4.Tong de puerh (Pu Er tea) sur l'étagère d'un amateur de puerh

Si le conditionnement en tong est ainsi une longue tradition, qui perdure depuis plus de 300 ans, on peut se demander pourquoi on continue aujourd'hui à conditionner les galettes de puerh (Pu Er tea) de la sorte, et pourquoi les amateurs privilégient en l'achat de leur puerh (Pu Er tea) sous cette forme ?

Pourquoi acheter son puerh (Pu Er tea) en tong ?

Le tong, avant tout un conditionnement pratique

Le tong a tout d'abord un rôle pratique : il permet de transporter, de ranger et d'organiser ses galettes plus facilement tout en les protégeant (essayez de porter une pile de 14 galettes, vous comprendrez tout de suite l'intérêt de les empaqueter).

Tong de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> sur l'étagère d'un amateurPorter 18 galettes de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> non emballées, un sport périeux...Cave à théTongs de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> sur une étagère (purple cane)
  • 1.Tong de puerh (Pu Er tea) sur l'étagère d'un amateur
  • 2.Porter 18 galettes de puerh (Pu Er tea) non emballées, un sport périeux...
  • 3.Cave à thé
  • 4.Tongs de puerh (Pu Er tea) sur une étagère (purple cane)

C'est d'autant plus important pour ceux qui possèdent une « cave à thé » et stockent leur puerh (Pu Er tea) pour les années à venir. Le jour où vous réorganisez par exemple votre cave, et entreprenez par exemple le passage de quelques dizaines de galettes d'une étagère à l'autre, l'intérêt que ces galettes soient conditionnées en pile prend tout son sens. Car au delà d'un éventuel grand rangement de votre cave à thé, il est conseillé de déplacer toutes les quelques années la position des tong au sein de l'espace, en intervertissant par exemple les thés stockés sur les étagères inférieures et supérieurs, afin d'homogénéiser les conditions de stockage.

Au delà de ce coté pratique, le tong de puerh (Pu Er tea) dans son emballage en bambou confère aussi au thé des conditions optimales à son stockage en le protégeant non seulement de la lumière mais aussi des partiellement des variations de température et d'humidité de l'air et ce tout en le laissant respirer et en permettant la post-fermentation des feuilles. Après quelques années, et selon les conditions de stockage, la différence entre une même galette stockée seule ou protégée par un tong de bambou est généralement perceptible, que ce soit au niveau de l'emballage ou du thé lui même.

Conserver et faire vieillir les puerh (Pu Er tea) que l'on aime

Ce que le thé puerh, ainsi que d'autres thés sombres, ont en effet d'unique et de fascinant par rapport aux autres familles de thé, est leur capacité à évoluer avec le temps. Là ou la grande majorité des thés se dégradent avec le temps, et perdent de leurs arômes, le thé puerh (Pu Er tea) lorsqu'il est bien stocké, conserve tout d'abord toute sa richesse, mais plus encore son caractère évoluera d'années en années pour le plus grand plaisir des amateurs. De par ces propriétés de conservation et de maturation l'amateur de puerh (Pu Er tea) comme l'amateur de vin se constitue généralement une petite cave personnelle pour conserver et voir évoluer les thés qu'il aime.

La première raison du stockage est avant tout la conservation des thés. Si l'industrie tente, par une certaine maitrise technique et le recours à l'assemblage, de normaliser certains gouts, et de reproduire les mêmes caractères d'une année sur l'autre, le thé reste un produit naturel issu de l'agriculture, et est dépendant des conditions climatiques. Il y'a comme le vin des années meilleures que d'autre pour une région ou un village donnée, mais aussi des productions plus réussie que d'autre, et qu'il ne sera pas forcément possible de retrouver l'année suivante. De même les producteurs ne gardent généralement pas de stock des thés des années précédentes et écoulent dans l'année la dernière production, et si donc on trouve a leur sortie un très grand choix de puerh (Pu Er tea) de l'année, il est plus difficile de retrouver les millésimes anciens de certaines galettes. L'amateur préfère donc généralement, lorsqu'il a trouvé un thé qu'il apprécie particulièrement, en mettre un ou quelques tong de coté, afin d'être sur d'en avoir pour les années à venir.

Cave à puerhTong de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> chez un amateurTong entamé dans une cave à puerhTong entamé dans une cave à puerh
  • 1.Cave à puerh
  • 2.Tong de puerh (Pu Er tea) chez un amateur
  • 3.Tong entamé dans une cave à puerh

Mais le puerh (Pu Er tea) ne fait pas que se conserver, il évolue avec le temps, acquiert des caractères nouveaux, se bonifie diront les amateurs de thés âgés, et l'amateur de puerh (Pu Er tea) stocke aussi généralement le thé en quantité convenable afin d'avoir le plaisir de le voir évoluer d'années en années. Il y'a là un véritable plaisir a voir ainsi ses thés changer au fur et à mesure des années, ou à retrouver 5 ou 10 ans plus tard un thé donné et de voir le chemin que ce dernier a parcourus depuis.

Cette habitude du stockage du thé puerh (Pu Er tea) est d'ailleurs très ancienne, comme l'illustre un dicton chinois qui dit que l'on achète aujourd'hui le thé que nos enfants boiront. Ainsi de nombreuses galettes de puerh (Pu Er tea) des années 1900 à nos jours sont toujours là, et ont parcourues les décennies à l'abris de leurs tong de bambou. Pour Deng Shi Hai, un des plus grand spécialiste des thés âgés d'avant 1949, la qualité et la finition des tong de galettes de puerh (Pu Er tea) antique montre d'ailleurs clairement la volonté des producteurs de l'époque de créer non pas un produit de consommation courantw, mais bien un produit fait et pensé pour être conservé pour les décennies à venir.

Offrir et partager

Le thé, et notamment le thé puerh, a aussi depuis longtemps été choisi pour offrir. La notion de cadeau est en effet quelque chose de particulièrement présente et important dans la culture chinoise, et au centre de la relation à l'autre. Or dans la culture chinoise le cadeau est souvent avant tout une marque de la dépense que l'on a effectué : il ne s'agit pas d'être original ou de trouver ce qui plaira à l'autre, mais de montrer que l'on dépensé beaucoup d'argent pour lui. Un cadeau doit donc être gros, volumineux, cher, au risque de paraître radin. Il est ainsi intéressant de noter qu'un des puerh (Pu Er tea) les plus cher et précieux produit en 2012 par Chen Sheng Hao, venant du célèbre terroir de Lao Banzhang, n'a pas été pressé comme on aurait pu l'imaginer en conditionnement de 100g ou 200g pour le rendre plus accessible mais exclusivement en grosses galettes de 500g, et en brique de 1kg, clairement pensé pour constituer des cadeaux de prix ! De même on préfèrera souvent en Chine offrir un tong de puerh, plus qu'une unique galette, afin d'arriver les mains pleines et de montrer qu'on a pas hésité à mettre le prix qu'il faut!

Tong de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> (Chen Sheng Hao)Tong de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> (Baopuxuan)Tong de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> (Baopuxuan)Tong de puerh <span class='translation'>(Pu Er tea)</span> (Lan Ting Chun)
  • 1.Tong de puerh (Pu Er tea) (Chen Sheng Hao)
  • 2.Tong de puerh (Pu Er tea) (Baopuxuan)
  • 4.Tong de puerh (Pu Er tea) (Lan Ting Chun)

Une autre pratique plus poétique et proche de notre sensibilité occidentale, et de voir dans le tong de puerh (Pu Er tea) un produit daté, qui évoluera avec le temps et celui a qui on l'offrira. C'est ainsi un cadeau particulièrement adapté a un événement particulier, une naissance, un mariage, un anniversaire historique. Sorte de pierre posée dans le chemin de la vie, on appréciera ainsi de gouter 20 ans plus tard le thé de son mariage, ou encore de déguster avec son fils ou sa fille de 30 ans un thé produit l'année de sa naissance, et d'apprécier la marque du temps que ce thé porte en lui...

Faire des économies

Enfin pour finir, une raison très pragmatique pour laquelle bon nombre d'amateurs de puerh (Pu Er tea) continuent a acheter leur galettes de thé en pile, est les économies que cela permet. Négligeable si on ne consomme que une galette de temps en temps, ce gain d'argent prend tout de suite plus de ses dès que l'on cherche à se constituer une petite cave a puerh.

Le prix est en effet généralement moins cher lorsque l'on achète un tong complet, ou un jian (de 6 à 12 tong selon les producteurs) que le prix de vente à la galette, permettant ainsi d'obtenir de meilleur prix sur les thés que l'on désire stocker. Déjà notable pour les jeunes puerh (Pu Er tea) (ou l'achat en jian, voir parfois en tong permet d'obtenir des prix de gros), c'est souvent plus intéressant encore pour l'achat de puerh (Pu Er tea) âgés. En effet pour de nombreux thés anciens, et selon les conditions de stockage, les emballages des galettes supérieures et inférieures de chaque tong se retrouvent endommagées et sont difficilement vendable à la pièce, ou a des prix inférieurs, ce qui pousse un certain nombre de vendeurs à accorder des prix intéressant pour l'achat de tong entiers et non ouvert.

Tong de 2005 (Mengku Rong Shi)Galettes endommagées à l'intérieur d'un tong de 2003 (Menghai Tea Factory)Tong de 2005 (Mengku Rong Shi)Tong de 7572 2004 fermé (Menghai Tea Factory)
  • 1.Tong de 2005 (Mengku Rong Shi)
  • 2.Galettes endommagées à l'intérieur d'un tong de 2003 (Menghai Tea Factory)
  • 3.Tong de 2005 (Mengku Rong Shi)
  • 4.Tong de 7572 2004 fermé (Menghai Tea Factory)

Mais plus encore que la réduction que permet l'achat en tong par rapport a l'achat à la galette, c'est sur le long terme que le stockage du puerh (Pu Er tea) en quantité permet de grosses économies, en particulier lorsqu'il s'agit de puerh (Pu Er tea) âgé. L'augmentation du prix des jeunes puerh (Pu Er tea) d'une année sur l'autre est en effet généralement assez raisonnable, hormis quelques producteurs particulièrement renommés, ou certains terroirs particulièrement en vogue, et, sous réserve qu'on arrive encore à mettre la main dessus, racheter un thé donné quelques années plus tard reste raisonnable.

Les puerh (Pu Er tea) anciens par contre, subissent souvent une augmentation annuelle comprise entre 25% et 50%, et acheter immédiatement quelques tong d'un thé que l'on apprécie pour les années à venir devient presque une nécessité si on veut profiter de ce thé dans le futur, face au prix que l'on serait contraint de payer une galette du même thé quelques années plus tard. C'est d'autant plus nécessaire pour les thés de quelques dizaines d'années, dont les prix sont déjà très élevés aujourd'hui et que la forte augmentation annuelle rendra vite hors de portée de bon nombre d'amateurs...


Une question?
Plus d'information?

Laissez nous votre email, nous vous recontacterons:


Votre nom:
Etes vous:
Votre email:
Votre message: