Stage thé et Gong Fu Cha Thailande 2015
Envie de participer à la prochaine session (2016)? Il reste deux places!



Demande

L'histoire de ce stage a commencé longtemps avant de savourer ensemble une première tasse de thé sur cette magnifique petite plage Thaïlandaise. L'idée d'un stage sur la pratique du thé m'est venue en 2013, lors des nombreuses dégustations et formations que j'ai donné en Europe sur les thés puerh.

Bien que ces formations touchaient alors plus au produit, aux arômes, au caractère gustatif du thé ainsi qu'au contexte et à la culture dans laquelle ce thé s'inscrit, il revenait intéressement de la part des participants des questions et une véritable demande sur l'infusion du thé : Quelle eau choisir ? quelle durée d'infusion pour tel ou tel thé? Pourquoi telle ou telle température ? Pourquoi cette théière ? Est il vrai que cette terre est la meilleure ? Cet théière est il meilleur que celui ci pour infuser ce thé et pourquoi ? Doit on utiliser un pichet ? Doit on rincer le thé et combien de fois? Etc…

Ces questions, que se posent beaucoup de gens, sont délicates. Alors que celui qui vous la pose attend une réponse simple et pratique, qu'il imagine évidente pour vous, elles sont finalement plus complexes qu'on pourrait le croire et révèlent bien souvent de celui qui la pose un mauvaise perception de la pratique du thé dans sa globalité. Répondre par une généralité simple et avec un semblant d'absolu continuera à isoler celui qui apprend du domaine qui l'attire ; répondre au contraire que la question est bien plus complexe qu'il n'y paraît et ne peut se résumer en une affirmation catégorique créera la frustration.

Les lieux et les occasions de véritablement s'initier ou se former à la pratique du thé, avec un esprit orienté sur le gong fu – c'est à dire une approche simple, pratique et ouverte, et non cérémoniale, codifiée ou dogmatique – sont quasiment inexistant en occident, ce qui rend la tache particulièrement difficile à ceux qui désirent avancer sur cette voie. C'est pour cela, et pour répondre à cette demande, que j'ai imaginé ce stage immersif d'une semaine sur la pratique du thé.



Paradoxe

Penser et construire une telle formation est loin d'être une chose facile et m'a occupé l'esprit pendant près de deux ans : Une formation qui doit pouvoir s'adresser aussi bien au débutant qu'à l'amateur de longue date ou au professionnel du thé. Une formation qui doit porter sur l'approche, l'esprit du gong fu cha, et pouvoir ainsi s'appliquer à différents types de thé, cultures et méthodes d’infusion. Une formation ouverte à un petit groupe mais qui doit permettre à chacun de s'engager ou d'avancer sur une voie qui lui est propre.

Mais le plus gros challenge fut indéniablement de résoudre le paradoxe fondamental qu'il y'a entre d'une part le cadre imposé par une formation courte, et d'autre part la pratique qui est l'essence même du gong fu. Si le gong fu cha tient dans la pratique et la répétition, et ne peut ainsi s'aquerir qu'avec le temps, que peut on enseigner en seulement une semaine ? En en quoi une si courte formation peut elle être véritablement bénéfiques aux participants ?

Pour répondre à cette problématique, ce stage n'est pas focalisé sur l'information, le savoir transmis aux stagiaires, mais sur l'approche qui leur sera proposé d’acquérir. Une semaine étant bien court, l'enjeu du stage n'est en effet pas de faire quelque petits pas sur la voie, mais plus d'ouvrir cette voie et de donner aux participants les clef pour bien commencer et y avancer ensuite de manière autonome.

Il n'est donc pas question d'apprendre une liste de connaissances donnée, mais d'acquérir une approche et une certaine méthodologie pour ensuite pouvoir poursuivre efficacement sa pratique de manière personnelle.



Retraite

Deux obstacles courant ne rendent pas la tache facile à celui qui désire s'initier ou apprendre la pratique du thé en occident. Le rythme de vie tout d'abord, et le grand nombre de préoccupations que nous avons constamment en tête, ne sont pas toujours propice au ralentissement, et ne nous laissent souvent pas la disponibilité d'esprit nécessaire à la découverte, à l’apprentissage et à la remise en question.

Plus encore la difficulté à appréhender le gong fu cha, et plus généralement les cultures asiatiques, vient souvent de réflexes de pensée typiquement occidentaux. Cette manière d'approcher les choses est à telle point encrées dans notre environnement quotidien, qu'il est souvent difficile de s'en extraire pour quelques heures, lors par exemple d'un cours ou d'une stage sur une journée.

C'est pourquoi j'ai imaginé cette formation comme une retraite : Se retirer de son environnement quotidien, prendre de la distance aussi bien au sens propre que figuré, respirer, oublier un temps les tracas de sa vie quotidienne, et se mettre ainsi dans de bonnes conditions pour appréhender le thé sous un autre jour et laisser sa propre approche du thé s'exprimer.

Pour cela j'ai choisit un lieux que je connais bien pour m'y être souvent rendu seul afin de m'isoler, écrire et pratiquer le thé : un lieux simple et authentique, calme sans être pour autant isolé, sur la côte Thaïlandaise.

C'est là que nous sous sommes retrouvés, en Octobre 2015 avec un petit groupe de 10 personnes, amateurs, professionnels du thé et potiers, pour la première édition de ce stage :

(Survolez les images pour afficher les légendes, ou cliquez dessus pour les agrandir)


Différents éléments clef de la pratique du thé furent abordés, ensemble et individuellement durant cette semaine de stage.

Parmi eux : L'importance de l'eau, du feu, et de la manière de faire bouillir son eau, avec notamment un apprentissage des méthode traditionnelle de chauffe de l'eau. L'importance cruciale des sens et la manière d'utiliser ses sens, tel que la vue, le toucher ou encore l’ouïe dans sa pratique du thé. L'importance du geste, la prise en considération des gestes antérieurs, le façonnage des feuilles, puis de son propre geste comme point final de la préparation du thé. L'importance de l'outil, sa place au sein de la préparation du thé, et son influence sur le thé. L'importance de l'espace et l'influence de l'autre, où comment donner et recevoir le thé. Mais surtout l'importance de la pratique, de la répétition, et la manière d'acquérir «l'intuition motivée » permettant d'infuser le thé, avec justesse et sans y penser.

Ces notions furent introduites petit à petit, à travers des sessions plus théoriques, d'autres plus pratiques, en groupe ou manière individuelle. Bien entendu ces temps d'apprentissage furent largement entre-coupés de temps libres et de repos dans un ambiance conviviale et détendus, des temps méditation, de pratique personnelle, des baignades et des ballades sur la plage, des massages Thaï, des festins de fruit de mer et autres petits plaisir qu'offre ce magnifique lieux.

Envie de participer à la prochaine session (2016)? Il reste deux places!



Une question?
Plus d'information?

Laissez nous votre email, nous vous recontacterons:


Votre nom:
Etes vous:
Votre email:
Votre message: